La complexité se construit sur des structures simples.
 

Pour chaque artiste, il existe un travail à découvrir par la sensibilité de celui qui le regarde en dehors des jugements critiques ou intellectuels.
​Certaines œuvres ont leur histoire, d'autres ne sont que pulsions créatrices, d'autres encore se créent un peu chaque jour. Gabrielle Buffet, militante du Dadaïsme, avait donné une définition pertinente sur le regard que l'on peut avoir sur l'art : " L'œuvre ​existe, sa seule raison d'être est d'exister. Elle ne représente rien que le désir du cerveau qui l'a conçue. Les inventions de la nature nous charment sans qu'il soit question devant elles de raisonnement.
Il faut regarder les œuvres comme l'on regarde un arbre, un ciel, un paysage."
Dans l’esthétique japonaise, l’accent est mis sur l’asymétrie plutôt que sur la symétrie et l’espace n’est pas considéré comme un vide à combler mais comme un élément d’équilibre. On retrouve cette idée dans une œuvre musicale où les silences font aussi partie de la musique. Partant de ce principe, mon travail de plasticien est une recherche d’harmonie avec des jeux de matières (bois, métal, ardoise, papier) et une juste répartition de différentes intensités de noirs, de bruns, de blancs.
Inspiré des jardins japonais ou du Bauhaus, mes tableaux et mes gravures sont le résultat d’une réflexion approfondie et d’une réalisation exigeante. Leurs formats identiques forment un ensemble cohérent.
Mes livres sculptures, toutes des pièces uniques, sont le prolongement en volume de ma peinture.

 
Marc Vernier